Avant propos :
Cette série d’articles est déjà parue sur Facebook mais je trouve amusant que vous y retrouviez ma progression “intellectuelle”
Celui-ci est du 17 juin 2014.
Pour l’anecdote, je n’avais rien publié durant 2 ans. Pas d’article polémique, pas de visite sur les pages “ennemies” (lol), rien ! .. Et pourtant .. Il faut croire que je manquais à certains, …. je me suis vu attaqué sur une vidéo …
Cela a donc immédiatement engendré la publication de ce premier article qui était déjà écrit et cette série sera de 11 articles durant l’été 2014.
Vous trouverez en bas d’article mes commentaires actuels.


Ce que les éducateurs « traditionnels » oublient de vous dire – Part 1

Les chiens apprennent de notre capacité à les ignorer. L’humain apparemment non …en tout cas certains.  Je partage donc aujourd’hui un article écrit il y a 2 ans ( en 2012) et qui à l’époque me paraissait trop “jeter de l’eau sur le feu” ….  mais comme finalement rester discret et respectueux des autres n’a pas servi à grand chose, je me suis décidé à ressortir l’article tout prêt… Pour tout vous dire cela m’a même redonné l’envie et maintenant le plaisir de ré-écrire sur différents sujets pour le plus grand bonheur, je n’en doute pas, de mes détracteurs. Pour les autres aimer, partager, liker ma page pro, commenter, vous renforcerez ainsi mon envie d’adopter le “bon comportement”. Bonne lecture. 

Le fait que les méthodes amicales et positives, respectueuses de l’intégrité du chien aient autant de succès devait obligatoirement générer de la part des tenants de la tradition hiérarchique des réactions. Comme nul n’est prêt à perdre une partie de son business sans réagir, elles sont compréhensibles. Cela étant dit,je pense depuis longtemps qu’il y a plus là une compétition de valeurs qu’une compétition de techniques mais puisque le débat est posé ici, voyons cela en détail.

A. LA MÉTHODE A FAIT SES PREUVES.

Indiscutablement durant toutes les décennies où il n’y avait rien d’autre à proposer que ce modèle hiérarchique. Cette méthode à été efficace puisque sans concurrence réelle. Pour autant de nombreuses études ces vingts dernières années ont montré l’intérêt du renforcement positif dans l’éducation de nombreux mammifères et chacun est en droit de se demander pourquoi ces méthodes efficaces sur les dauphins par exemple seraient inefficaces sur les chiens. ( Même si le dauphin ne mord pas, rien ne dit non plus que tous les chiens doivent mordre à chaque fois qu’ils rencontrent un humain). Ignorer le progrès au prétexte que « ca marchait bien avant » signifierait-il que nous devrions ignorer la voiture, le train l’avion, etc … au profit du vélo qui indiscutablement a rempli sa fonction durant des décennies lui aussi ?

Quel intérêt y-a-t-il à être un professionnel pour enseigner cette méthode ? Encaisser de l’argent bien sûr mais finalement la technique est simple à enseigner. Le chien ne fait pas ce que vous voulez ? Vous devez lui mettre la pression. Le chien conteste votre ordre d’une façon ou d’une autre ? vous devez le soumettre.

Le rôle de l’éducateur n’est plus qu’à vous montrer son savoir-faire en matière de « soumission » du chien. Pas besoin de faire des années d’études pour cela sauf si crier,secouer, soumettre plus que le voisin fait de vous un meilleur éducateur que celui-ci. Conclusion : une simple mesure du périmètre du biceps et du volume d’air expulsé en laboratoire permettrait de résoudre aisément cette question vitale : qui est le plus fort ?

Quelles sont les outils à disposition ?

Le cri tout d’abord. Crier sur le chien est une forme d’anthropomorphisme qui laisse à entendre que si vous criez sur vos enfants, ils vous entendent mieux. Il est sous-entendu qu’ils arrêtent de faire ce qu’il sont en train de faire (cela ne leur dit d’ailleurs pas ce que vous attendez qu’ils fassent à la place si ce n’est de « rester sage »). Vous devrez apprendre à avoir une voix rude et forte … ce qui exclue une partie importante de la population humaine ceci dit.

Sérieusement l’ouïe du chien étant approximativement 4 fois supérieure à la nôtre espérer une meilleure attention en lui perçant les tympans est tout de même étrange. Ce que ces« éducateurs » là ne vous disent pas c’est que, là où les positifs « invitent » le chien à faire quelque chose, les tradis-papys lui ordonnent et le chien apprend à lire la détermination de son maître ( sous-entendu la violence de la correction qu’il va prendre s’il n’obtempère pas rapidement) dans sa voix. Donc il faudra un niveau sonore au moins équivalent à la dernière fois où il a obéi pour qu’il obéisse à nouveau. Conseil personnel : vous devrez acheter des pastilles pour la gorge en même temps que votre collier étrangleur … dont, bien sûr, je vais parler plus loin.

Merci de m’avoir lu,

Patrick Aufroy – Doggycoach

Rappel : Cette série d’articles est déjà parue sur Facebook mais je trouve amusant que vous y retrouviez ma progression “intellectuelle”
Celui-ci est du 17 juin 2014.

Ce que j’en pense en 2019 ?

La série est, je l’accorde vraiment facilement, un peu caricaturale. LOL

Malheureusement, Assez souvent sur mon terrain, j’entend des choses qui sont assez proche de cela … les moniteurs ou les éducs qui crient … Perso je ne vois pas l’interêt ni à l’époque, ni maintenant au contraire. Une grande partie de mon travail se rapproche du non-verbal et s’éloigne de la surenchère de mots.

Patrick Aufroy Doggycoach – 3 janvier 2019

Catégories : Blog

Patrick Aufroy

Éducateur canin, comportementaliste en positif, Homme de terrain j'ai décidé de mettre mes cours en ligne, Cliquez ici pour en savoir plus https://doggycoach.online/tout-savoir-sur-doggycoach

FERMER
FERMER